I AM A TRAVEL ACTIVIST

Le travel activism [voyage militant en français] n’est pas un concept de voyage nouveau. Il s’agit plutôt d’un modèle d’entreprise touristique novateur. Le dérivé logique d’une évolution conceptuelle du voyage. Expliquons nous.

Le champs sémantique du voyage est large. Un peu trop peut-être, et encore plus lorsque l’on observe l’évolution dans le temps de la signification du mot voyage. Depuis quelques années les Grands Théoriciens [jamais avares de bons mots] vont du voyage sac-à-dos, au voyage solidaire en passant par l’écotourisme, le tourisme durable, le voyage responsable, celui éco-responsable, ou encore éco-solidaire, etc. Les définitions et interprétations n’ont jamais manqué.

Mais l’expérience montre un décalage permanent, parfois profond, entre ces concepts écrits et leur insertion dans une offre touristique marchande. Des définitions, souvent universelles, qui oublient que leur application devra se confronter à une réalité terrain, un contexte socio-culturel et au bon vouloir d’une industrie lucrative, celle du voyage.

Ce décalage, couplé à un manque de critères de jugement objectifs et à une quasi-totale absence de certification, cause un désordre dans l’esprit des voyageurs mais aussi dans celui de certains voyagistes.

Le travel activism ne se veut pas un concept de plus ni une interprétation supplémentaire. Il se pose plutôt en solution. L’adaptation de théories, jusqu’ici difficilement applicables, à un cadre business réel. Un tourisme philanthrope et expérientiel  accompagné d’une ambition commerciale assumée, et d’ailleurs nécessaire.

Parce que soyons bien clair, aujourd’hui la plupart des plateformes web qui vendent de « l’écotourisme » sont soit des naïfs incompétents qui ne savent pas ce qu’ils vendent et qui induisent allègrement leur clientèle en erreur ; soit des personnes qui ne savent pas du tout de quoi elles parlent et qui ont une vision complètement biaisée du terrain [difficile d’avoir une vision juste depuis leur bureau à 10.000 kilomètres du spot, nous direz-vous] ; soit, troisième catégorie, des hypocrites. Ceux qui savent très bien ce qu’ils vendent et qui usent de la crédulité du client pour donner un aspect responsable à leur offre. Les salauds, osons le dire.

La vérité est toute simple. Le tourisme est, comme indiqué ci-dessus, une industrie lucrative. Et voici une nouvelle sémantique du voyage : taux de remplissage, destinations clés, marge sur services, niche de marché, campagne de pub… Aujourd’hui on peut acheter un tour à l’autre bout du monde au supermarché du coin. On peut se comporter en touriste consommateur intolérant. On peut être satisfait d’un voyage qui n’en porte que le nom et qui est juste un ramassis de services de qualité médiocre mis bout à bout.

C’est un peu contre tout cela que s’insurge le travel activism. Il est quelque chose de local, car parfaitement adapté à son terrain. Il met en avant l’expérience vécue, qu’elle soit humaine à travers la rencontre ou sensorielle via les activités et les lieux traversés. Il demande au voyageur de se comporter en tant que tel et donc de redonner leur place à l’indulgence, la compréhension, l’ouverture d’esprit et la curiosité. Il propose des prestations de qualité par respect tant pour le voyageur que pour la communauté hôte. Il réfute l’idée d’un possible compromis entre un tourisme destructeur qui financerait un tourisme plus responsable. Il assume une ambition commerciale et prouvera que l’on peut être pérenne tout en restant intègre.

Heureusement, nous ne sommes pas seuls. Il existe d’autres acteurs du tourisme qui transmettent comme un héritage leur vision d’un voyage humaniste. Des photographes, agents de voyages, meneurs de projets, mécaniciens poètes et autres dealers d’équipements. Mais avant tout des passionnés armés de valeurs pour un tourisme porté sur le développement, la découverte et l’échange. Nous devons forcément à tous ces voyageurs militants une partie de notre expertise ; et nous leur rendrons hommage régulièrement avec la volonté de les fédérer en un réseau. Un réseau à la base d’un mouvement, celui des Travel Activists.

Rejoignez-nous.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *